Main menu:

Confinde

Le Sage et le Politique dans la tradition indienne (Agenda)

180216-jjboillotConférence du lundi 12 mars 2018, à 18 h. 15, au Centre André Malraux, Paris

Conférencier : Jean-Joseph Boillot, économiste, auteur de L’Inde ancienne au chevet de nos politiques.

Thème : le conférencier évoquera pour nous l’Arthashâstra (traité de la Prospérité), qui rend compte des débats de sciences politiques dans l’Inde ancienne. De cet immense traité écrit il y a plus de vingt-cinq siècles, Jean-Joseph Boillot a extrait, traduit et adapté les grands principes de la bonne gouvernance. Parfaitement intemporelles, les questions abordées dans ce traité sont parfois d’une étonnante actualité.
Jean-Joseph Boillot est l’auteur de L’Inde ancienne au chevet de nos politiques. L’art de la gouvernance selon l’Arthashâstra de Kautilya (éditions du Félin, 2017).
Conseiller diplomatique, Jean-Joseph Boillot a été en poste à New Delhi en tant que conseiller financier pour l’Inde et l’Asie du Sud.

Tagore et la Bhakti, dialogue entre le poète et Kabir (XVe siècle) (Agenda)

bhattacharyaConférence du lundi 12 février 2018, à 18h15, au Centre André Malraux, Paris.

Conférencière : France Bhattacharya, professeur émérite des universités, Institut national des langues et civilisations orientales

La valeur du temps dans l’Inde classique (Agenda)

michel_angot2018Conférence, avec projection, du lundi 15 janvier 2018, exceptionnellement à 18 h précises, au Centre André Malraux, Paris.
Conférencier : Michel Angot, sanskritiste
Michel Angot est  philologue, spécialiste de la littérature et de la philosophie de langue sanskrite. Il a appris la grammaire et le Veda auprès des brahmanes avant d’enseigner à l’université de Nanterre, à l’Inalco puis à l’EHESS où il anime un séminaire sur la littérature sanskrite.
Il vient de publier Histoire des Indes (Belles Lettres) dont le premier chapitre est consacré à l’espace et au temps en Asie du Sud.

Couleurs de l’infini : dialogue entre une indianiste et un scientifique (Agenda)

poggi_mallickConférence, avec projection, du lundi 4 décembre 2017, à 18 h 15, au centre André Malraux, Paris.

Conférenciers :
Colette Poggi, philosophe indianiste, sanskritiste
Kirone Mallick, Institut de physique théorique, CEA, Saclay

Figures composites et bestiaire fantastique dans les miniatures indiennes (Agenda)

aminaokada-figurescompositesConférence, avec projection, du lundi 20 novembre 2017, au Centre André Malraux, Paris.

Conférencière : Amina Taha-Hussein Okada, conservateur général, musée national des arts asiatiques-Guimet

Formées d’un enchevêtrement de créatures réelles ou fantastiques, ingénieusement imbriquées les unes dans les autres, les figures composites témoignent de l’audacieuse fantaisie et de l’éblouissante virtuosité des peintres indiens.
L’origine de ces créations uniques en leur genre demeure incertaine, seule la mention “peinture magique” parfois apposée sur quelques pages tardives vient rappeler l’impénétrable mystère qui enveloppe ces miniatures énigmatiques.

Échos du Mahâbhârata : la parole des silencés (Agenda)

karthika_nairConférence du 16 octobre 2017, à 18 h 15, au centre André Malraux, Paris
Conférencières :
Karthika Naïr, écrivain, poète, productrice de danse
Laetiita Zecchini, chargée de recherche au CNRS

Karthika Naïr et Laetitia Zecchini revisitent le grand poème épique, une des œuvres fondatrices de l’Asie du Sud, à travers le regard de dix-neuf de ses personnages subalternes, en particulier féminins. Ici, ces personnages, ces voix mineures – celles de soldats anonymes, de guerriers rejetés pour leur caste ‘inférieure’, de princesses tribales ou de servantes discrètes – s’interrogent sur des amorces diverses et souterraines du conflit et de la guerre. Ce sont les témoignages de ceux – et surtout celles – qui voient d’autres conséquences que la victoire et la défaite dans les actes de violence légitimée,  ceux qui sont quotidiennement confrontés au prix à payer pour ces victoires.

Par le témoignage de ces voix marginales du Mahâbhârata, Karthika Naïr, dans son ouvrage Until the Lions : Echoes from the Mahabharata, ancre ses personnages dans l’actualité.
Until the Lions
a reçu le prix prestigieux Tata Literature Live Award pour Livre de l’année 2015 (fiction) et a été finaliste pour le Prix Attagalatta du Livre de l’année 2016 en Inde. Depuis, le chorégraphe bangladais-britannique, Akram Khan, a adapté une des voix du livre dans une création chorégraphique, aussi intitulée Until the Lions, dont la première mondiale a eu lieu en janvier 2016 au Roundhouse à Londres ; depuis, elle tourne dans le monde entier. La comédienne Françoise Gillard l’a sélectionné pour une lecture (quelques voix traduites en français par Dominique Vitalyos et Laetitia Zecchini) à la Comédie-Française dans le cadre des « Greniers des poètes » en octobre 2016.

L’expérience du réel (Synthèses)

À l’occasion de la parution de l’ouvrage, Le miroir de la Conscience, du reflet à la lumière : chemin de dévoilement selon Abhinavagupta, Colette Poggi (Les Deux Océans, 2016),
conférence de Colette Poggi, indianiste, sanskritiste
27 février 2017, Centre André Malraux, Paris.

L’expérience du réel

Abhinavagupta (Xe-XIe siècles), philosophe mystique et poète, fut une figure essentielle du shivaïsme non-dualiste du Cachemire et, plus largement, du Tantra indien. Il propose une vision stimulante du réel comme miroir infini de lumière-énergie, fait de vibration et de conscience. Le shivaïsme du Cachemire non dualiste, élaboré par un ensemble de courants et d’écoles, est aujourd’hui au premier plan de la recherche des études indianistes et philosophiques et scientifiques.

Ces écoles mettent en évidence le rôle du sujet à partir duquel cette observation se fait, plutôt que l’objet à observer. Elles s’interrogent sur le substrat qui permet la vision de l’objet et reconnaissent le rôle fondamental de la conscience : le substrat est pure conscience. Sans conscience pas d’expérience du réel. Suite…